Qu’est-ce que la Facilitation?

Sep 11, 2019 | Dossier, Facilitation | 0 commentaires

Quand vous entendez « facilitation » germe dans votre tête l’idée d’aider. Le facilitateur serait-il un assistant ? Ce n’est pas aussi réducteur que ça. C’est ce que vous allez immédiatement découvrir je l’espère…

La facilitation est un terme également utilisé par les anglosaxons, à l’heure actuelle son emploi s’éloigne de sa définition française basique. Voici la définition qui me sert de référence quand j’emploie le mot facilitation.

« La facilitation de groupe est un processus dont le choix est acceptable pour tous les membres du groupe et suffisamment neutre. La facilitation n’a aucune autorité décisionnelle. Un facilitateur diagnostique et intervient à l’aide d’outils et de principes consciencieusement choisis pour aider un groupe, pour identifier et résoudre les problèmes, pour prendre des décisions et pour augmenter l’efficacité du groupe. » Roger Schwarz

Ma pratique de la facilitation repose sur 5 principaux objectifs :

1. Casser la dynamique pyramidale

2. Permettre à tous le monde de s’exprimer

3. Garantir le même niveau d’information pour tous

4. Respecter le temps collectif

5. Faire émerger l’intelligence collectivement

1. Casser la dynamique pyramidale

Tantôt flagrante, tantôt dissimulée dans l’inconscient de quelques participants, et plus profondément enfoui dans inconscient collectif… Cette dynamique est présente dans toutes structures sociale humaine. Une vigilance toute particulière est nécessaire pour s’extraire de cet héritage pyramidale. Le facilitateur est à coté du groupe pour mieux détecter et éviter les pièges.

2. Permettre à tous de s’exprimer

La gouvernance d’un groupe est souvent à l’image de la répartition de la parole dans le groupe : garantir un cadre égalitaire est bien souvent largement insuffisant. Prenons l’exemple de la parole : naturellement nous ne sommes pas doté de la même capacité à prendre la parole devant un groupe et la même capacité à nous exprimer. Pour avoir une gouvernance pleinement partager on ne doit pas se contenter de l’égalité des chances (la loi de la jungle), il faut garantir l’équité de l’accès à l’expression.

3. Garantir le même niveau d’information pour tous

Un groupe qui se respecte garanti le même niveau d’information de chacun de ses participants. Dans le cas contraire ce n’est pas un groupe, mais une réunion d’individu. Il est important de garantir l’accessibilité de l’information et rendre l’expression de chacun compréhensible par tous le monde. Sinon à quoi bon se regrouper, à quoi bon faire prendre du temps collectif à tout le monde ?

4. Respecter le temps collectif de chacun

Le temps est notre véritable richesse, faire perdre du temps à ses employés, à ses collègue, c’est préjudiciable, mais ce n’est pas grave en soit, car chacun touchera un salaire pour le dédommagement. Nous accordons alors une certaine valeur à ce temps.

Mais dans une assemblé de bénévoles, de volontaires, de citoyens… La plus grave erreur est de ne pas accorder au temps collectif l’importance et le respect qui lui est dû. La gestion du temps collectif est crutial. Ne pas respecter le temps collectif, c’est manquer de respect à chacune des personnes présentes. Quand quelqu’un prend la parole 6 minutes devant une assemblé de 20 personnes il a en réalité consommé 120 minutes soit 2 heures collectives sans compter l’amortissement du temps collectif d’organisation en amont et en avale.

5. Faire émerger l’intelligence collective d’un groupe

Individuellement chacun n’a qu’un élément de réponse relier à un seul angle d’approche. Le point de vu individuel est déjà une chose très complexe. Cela dit, la réponse liée à un point de vue individuel sera toujours potentiellement moins riche que la rencontre de deux points de vue et elle-même moins riche que trois… La biodiversités des points de vue est donc une richesse centrale dans cette approche.

Hélas cette richesse n’est que potentiel, car chaque rencontre humaine peut aboutir à un résultat situé entre l’affrontement et l’alignement complet. Il existe une réaction en chaîne symbiotique : on parle de cadre d’émergence lorsque la rencontre de deux entités complexes donne un résultat beaucoup plus prometteur que la sommes des deux entités apportée. En gros 1&1 peut être très largement supérieur à 2. C’est une question très Holistique, ne trouvez vous pas ?

Facilitateur est pour moi une véritable vocation. La facilitation nécessite de mobiliser un certain nombre de qualités humaines et beaucoup d’expérience pour exceller. Je souhaite donc mettre mon savoir faire de facilitateur à votre service et à votre épreuve.

 

Contact & nouvelles

Besoin d’informations ?

N’hésitez pas à me poser vos questions, ou à me présenter votre projet et je vous répondrai au plus vite. Si vous le souhaitez, vous recevrez par mail mes conseils et recommandations. Je vous informerai également des événements et formations relatifs à la permaculture, qui devraient vous intéresser.

10 + 4 =